Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/06/2018

L’immobilier d’entreprise à l’horizon 2019

La menace d’explosion dans  l’immobilier d’entreprise s’éloigne. A l’origine de cette tendance, des pressions moindres sur les valeurs locatives et le retour d’une demande soutenue des entreprises. Le point avec Nicolas Dulion, fondateur d’Espace Entreprise.


La menace d’explosion dans  l’immobilier d’entreprise s’éloigne. A l’origine de cette tendance, des pressions moindres sur les valeurs locatives et le retour d’une demande soutenue des entreprises. Le point avec Nicolas Dulion, fondateur d’Espace Entreprise.

A Montpellier, Garosud, l’immobilier d’entreprise va profiter d’un dynamisme de la région et peut-être des conséquences du Brexit. 

Nicolas Dulion, immobilier, startégie green

La stratégie green

Dans ce contexte apaisé les foncières et les promoteurs poursuivront leur stratégie « green ». Ils miseront sur les labels et les certifications. Sauf que, selon Nicolas Dulion, cette généralisation du green accroît les risques de mimétisme alors que la différenciation devient indispensable.

Nicolas Dulion : complexité du marché de l’immobilier

Les acteurs pourront toutefois actionner plusieurs leviers comme par exemple la marque, les services ou encore les outils numériques. Nicolas Dulion rappelle que la question des usages du bâtiment et du bien-être des occupants prend au passage une importance croissance.

Cette diversification sur les différents métiers de la filière aboutit à une porosité accrue entre les professions qui complexifie le marché de l’immobilier de bureau et renforce l’intensité concurrentielle.

Une cartographie de la filière

« Il existe une cartographie récente et complète de la filière » précise Nicolas Dulion. Celle-ci se compose d’opérateurs variés. Il y a les promoteurs, foncières, spécialistes des services immobiliers, comme les asset managers, les property managers et les facility manager ou encore les entreprises en conseils de transaction.

Les positions des promoteurs et des foncières apparaissent solides et ne devraient pas évoluer compte tenu des barrières à l’entrée. En revanche les lignes bougent dans les services avec l’arrivée de nouveaux entrants. D’après Nicolas Dulion, c’est le cas dans le property management ou dans le coworking.

Nicolas Dulion, startups, bien-être

Les startups dans la filière

De nombreuses startups sont également présentes dans la filière positionnées sur le créneau de la prise en compte du bien-être notamment.

Les compétences des opérateurs

Bien que chaque profil d’opérateur s’appuie toujours sur un cœur de métier défini, Nicolas Dulion indique que la filière est marquée par un élargissement des compétences des opérateurs. Pour s’adapter aux exigences croissantes des clients, les acteurs développent une offre globale intégrant des prestations de service élargies comme le conseil, la gestion ou la valorisation entre autres.

Les axes de développement de chaque catégorie d’acteur

Pour les foncières, la généralisation des stratégies « green » et l’usage émergent du BIM, c’est-à-dire la maquette numérique ont été mises en avant. La possibilité d’associer un avatar numérique à un bien est une source de création de valeur. D’après Nicolas Dulion, cela permet de faciliter l’exploitation tout au long du cycle de vie.

Les promoteurs misent quant à eux sur les services et en particulier sur le coworking. Les espaces de coworking sont peu à peu devenus des relais de croissance mais aussi une source d’inspiration pour réorganiser les espaces de travail.

Nicolas Dulion souligne que les promoteurs jouent aussi la carte de l’innovation, comme par exemple les bâtiments éco-responsables à l’image des bureaux proposés à Garosud. Après s’être engagé dans des stratégies vertes, les acteurs prennent le virage du numérique et du coworking.

Nicolas Dulion, marché bureaux

Le dynamisme des marchés de bureaux

Le dernier trimestre 2017 a été favorable à l’activité locative des marchés de bureaux. (source : Amundi Immobilier, CBRE octobre 2017). Il faut y voir la conséquence d’une croissance économique relativement dynamique ce qui est favorable à l’emploi et à la location de bureaux.

Les marchés en détails

Selon Nicolas Dulion, une croissance annuelle des commercialisations de bureaux est observée en France, notamment à Montpellier. Fin 2017, les volumes commercialisés restent au-dessus de la moyenne décennale.

Sur le marché de l’investissement, le dernier trimestre de l’année 2017 a été favorable. Les volumes investis en immobilier d’entreprise atteint un point haut en dix ans. Les investissements restent très supérieurs à leur moyenne décennale, ils sont en baisse annuelle, alors qu’ils atteignent des records en France.

Le marché de l’investissement

Globalement en 2017, la croissance économique s’est consolidée dans le monde et en Europe et les chiffres ont été meilleurs qu’attendus. Nicolas Dulion signale que cela s’est retrouvé dans le niveau de commercialisation de bureaux qui a été particulièrement élevé dans  de nombreuses villes. Elles affichent notamment un point haut en 10 ans en Ile de France, à Montpellier et à Bordeaux.

Les commentaires sont fermés.